Les abeilles de Fibonacci

[vc_row full_width= »stretch_row »][vc_column width= »2/3″][rev_slider_vc alias= »les-abeilles-de-fibonacci »][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_column_text css= ».vc_custom_1505771105116{padding-bottom: 2% !important;} »]

L’installation comprend deux sculptures bien distinctes qui fonctionnent en binôme et se font face. Elle montre la relation qui existe entre les mathématiques et les schémas reproduits dans la nature.
La première sculpture représente les dix premiers termes de la suite de Fibonacci sous forme de polygones dont le nombre de côté augmente au même rythme que la suite. Nous sommes devant une simple monstration mathématique.
Face à elle, la deuxième sculpture lui fait écho. Elle met en évidence une des propriétés de la suite qui énonce que «la somme de dix termes consécutifs est égale à onze fois le septième.»
Les deux sculptures possèdent le même nombre de faces mais répartis différement. La deuxième sculpture se rapproche de celle d’une structure de nid d’abeilles. Les modules ne sont cependant pas assemblés au hasard, ils reproduisent un schéma, un motif qui pourrait se reproduire à l’infini.
Le lien entre cette suite et les abeilles est accentué par le fait qu’elle peut également servir à décrire la généalogie des populations d’abeilles.

[/vc_column_text][vc_column_text]

Cuivre, plexiglass, dimensions variables, 2015

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]